Compte rendu de la réunion avec le Monsieur le Maire

Publié le par Parents d'éléves Ecoles Samain

Compte rendu de la réunion avec le Monsieur le Maire accompagné de Madame Blanc et Monsieur Merkaert  (mardi 23 juin 2009)

En début de séance, après avoir remercié Monsieur le maire de cette entrevue, nous lui rappelons que les arguments avancés ne nous convainquent pas sur la nécessité de fermer une école l’an prochain et nous leur demandons de revenir sur leur décision.

Nous rappelons nos arguments à la non fermeture d’une école sur le quartier de la Sourderie :

-Effectifs qui se stabilisent voir qui vont tendre à augmenter au vu des naissances de ces dernières années

-possibilité de trouver d’autres solutions pour la réhabilitation de Marie-Noël.

- Devoir d’alerte concernant les risques liés à la fermeture : répartir les enfants de Samain engendrera une surcharge des classes et des écoles voisines Paul Verlaine et Paul Fort

Nous insistons sur le fait qu’aujourd’hui les écoles offrent de bonnes conditions d’apprentissage (pas trop chargées, effectifs en moyenne de 24-26 par classe).

Pour certains d’entre nous c’est pour cela que nous avons choisi d’habiter Montigny, nous souhaitons que ces conditions soient maintenues.


Nous avons remis officiellement au maire la pétition comportant 770 signatures et à titre symbolique la pétition réalisée par les enfants de l’élémentaire de Samain.

 


La mairie nous répond et énonce différents arguments pour justifier leur décision :

-dans les années 80, la ville de Montigny affiche le + fort taux de natalité, de nombreuses écoles ont alors été construites.

Aujourd’hui, la situation a bien changé, il faut adapter les infrastructures.

La fermeture d’une école est une nécessité. « Nous avons pris cette décision car nous sommes des gestionnaires, c’est notre devoir, nous sommes prêts à aller jusqu’au bout et nous assumons notre décision » dixit Monsieur le Maire.


-Le choix de Samain est motivé par la volonté de garder deux écoles de part et d’autres de l’avenue Kessel et du boulevard Descartes. A priori donc c’est pour un argument purement géographique


- Les écoles voisines ont suffisamment de capacité d’accueil pour accueillir les enfants de Samain.

- Les chiffres montrent qu’on peut fonctionner avec une école en moins


Les écoles, lors de la forte hausse des natalités (dans les années 80), étaient surchargées, certaines classes étaient dans des préfabriqués et personne alors ne s’en est plaint, les enfants ont suivi une scolarité normale.



- Nouvel argument avancé par la mairie concernant la fermeture
 : les équipes pédagogiques des écoles de la sourderie auraient exprimé la difficulté de travailler dans des écoles en sous capacité avec une menace de fermeture d’une école qui plane.




Bien sûr nous avons réagi à chacun de ces arguments :

-si on retient l’argument du choix selon le critère géographique: alors il aurait été plus judicieux de conserver l’école ayant la plus grosse capacité d’accueil et l’école offrant le + d’avantages au niveau de son infrastructure (gymnase, cour).


-Nous nous inquiétons de la qualité d’accueil de nos enfants dans les écoles voisines.

Au vu des simulations d’application de la future carte scolaire, l’école Paul fort est au maximum de sa capacité d’accueil, ce qui aura forcément un impact sur les récré, la cantine et cela diminuera les possibilités d’ateliers.

Il n’y aura pas de marge pour ouvrir de nouvelles classes si comme nous le prévoyons, en nous appuyant sur les chiffres, les effectifs augmentent dans les années à venir.

 

Vous nous dîtes aujourd’hui que Paul Fort élémentaire a une capacité d’accueil de 14 classes. Comment se fait-il que les chiffres que vous nous donnez fluctuent (11 classes) ?


D’autre part, les effectifs de classe sont également chargés, comme vous nous l’avez déjà dit des classes de 30 élèves il y en a partout et il y en déjà eu mais les profils de classe ont évolué, la pédagogie également, il est plus difficile de mettre en place une pédagogie différenciée dans des classes surchargées.

Nos enfants bénéficient actuellement de bonnes conditions d’enseignement (effectifs de classe actuels sur les 3 écoles concernées en moyenne 25-26 élèves). Alors oui, nous sommes en droit de vous dire que nous ne sommes pas d’accord avec les choix que vous tentez de nous imposer.


- quant à l’argument selon lequel les équipes pédagogiques auraient souhaité voir une école fermée pour alimenter la leur, c’est le monde à l’envers! Les enseignants réclameraient à travailler dans des classes et des écoles surchargées!


- Vous justifier votre choix par votre rôle de gestionnaire mais dîtes d’autre part que ce ne sont pas des motivations économiques qui vos animent, pas de problème de budget. N’est ce pas en contradiction?

Nous ne pouvons accepter que l’école de nos enfants soit sacrifiée pour quelque projet que ce soi, d’autant plus que pour ce projet nous dit-on rien n’est décidé. Il a même été dit qu’il n’y avait pas de projet pour le site Samain, sinon il nous aurait été dit ce qu’il en serait.


En conclusion, la mairie réaffirme sa volonté ferme de fermer le groupe scolaire Samain et nous invitent au cours de futures réunions sur la nouvelle carte scolaire à réfléchir pour que les conditions d’accueil dans les autres écoles soient les meilleures possibles en sachant que la marge de manœuvre sera pour nous fort réduite car il n’existe pas beaucoup de possibilités autres que celle déjà proposée.



Nous avons répondu à chacun de leurs arguments sans jamais nous sentir en difficulté. Certains arguments comme la réhabilitation de Marie noël ont été écartés.

De nombreuses contradictions apparaissent dans leur discours. A notre demande qu’ils nous transmettent leur étude d’impact sur les conséquences de la fermeture de Samain, il y a pas eu de réponse. Une étude a-t-elle réellement été réalisée avant la prise de décision ?

 

Le maire a tout de même dit concernant la décision de fermeture « ce n’est pas décidé. Il y a une volonté. Nous avons pris nos responsabilités. »

 

 

Pour ces raisons, nous devons plus que jamais rester mobilisés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article